• Backstage

Les coulisses de notre piège du 1er Avril !

Qui dit 1er Avril dit … Blague !! Alors oui, chez Tape à l’œil, le 1er Avril c’est sacré, vous commencez à nous connaitre, on a voulu à nouveau piéger nos clients adorés !

Posté par Mathilde de Tape à l'oeil

30 mars 2018

Views lu 2515 fois
0 commentaires

Partager

Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on y est pas allé de main morte ! Regardez :

Vous allez nous demander « D’où vous est venue cette idée ? », ou encore « Mais comment avez-vous fait ? ». Et bien lisez la suite, nous allons tout vous expliquer !

Bon, le premier point super important était de trouver l’idée. Alors oui, des idées on en a eu plein, des plus farfelues, en passant par les plus folles ! Oui oui, des fois on part trèèèèèèès loin, mais on ne peut pas tout vous dire, on ne voudrait pas vous faire peur !

Bref, revenons à nos moutons, enfin à nos poissons plutôt ! 😉 C’est là que L’IDEE nous est venue et nous est apparue comme une évidence. Et si on créait une collection odorante ? La voilà notre blague du 1er avril ! Bon, et bien c’est parti ! Il ne nous restait « plus qu’à » concrétiser tout ça ! Et c’est là que les choses se sont corsées…

Il fallait trouver les odeurs que nous voulions présenter, sur quels vêtements, dans quel concept…Enfin bref, il y avait encore du chemin à faire ! On a essayé plein d’odeurs différentes, entre la brioche, la fraise, la cerise, le citron, on ne vous raconte pas les maux de tête ! Au final nous avons réussi à nous décider sur deux tee-shirts, l’un avec une odeur de fraise et l’autre au citron, et sur des dors-biens qui sentent bon le petit déjeuner. Mmmmhhhh on est sûrs que vous le sentez à travers l’écran !

Ne restait plus qu’à trouver le moyen de parfumer les vêtements, et là nous avons tout essayé ! On vous épargne les détails, mais pour les odeurs fruitées, nous avons pris des arômes alimentaires que nous avons dilués dans de l’eau, puis pulvérisés sur les vêtements. Pour ces odeurs, ça a été relativement simple.

L’odeur petit déjeuner, là ça a été une autre histoire ! Nous avons essayé plein de senteurs, croissant, brioche, pain grillé et notre choix s’est arrêté sur la brioche, qui pour nous se rapprochait le plus de l’odeur du petit déjeuner. Nous avons donc décidé d’utiliser de nouveau les pulvérisateurs pour donner l’odeur aux vêtements.

Il nous manquait une chose pour que la blague soit parfaite, le graal, autant dire l’odeur ultime! Sans vous mentir, nous avons cherché ce qui sentait le plus mauvais et franchement, on en a eu des nausées ! 🤢 C’est là qu’on a eu une illumination ! Pour un poisson d’avril, il nous fallait une odeur de….poisson !  Bien évidemment !

Bon et maintenant, comment donner une odeur de poisson pourri à un tee-shirt ? L’imbiber d’huile de foie de morue ? Ça ne sentait pas assez fort. Utiliser des sardines ? ça ne sentait pas le poisson de 10 jours et puis ça laissait des tâches grasses. Et là on s’est dit « on tente le tout pour le tout », et nous sommes allés à l’extrême, vraiment. Nous voilà partis au supermarché, dévalant les rayons de poissonnerie ! Et c’est tout simplement une boîte de thon qui a été l’heureuse élue ! On a imbibé le tee-shirt du jus de thon, mélangé à des têtes de poissons (pas) fraîches, le combo ultime !🐟Nous avons mis tout cela dans deux boîtes différentes et avons laissé macérer le tout. On vous avoue, sur le coup ça allait, mais après le weekend, nous ne faisions plus les fiers ! Alors forcément, on s’est dit « c’est ça qu’il faut utiliser ! ».

Il ne nous restait plus qu’à fabriquer des fausses étiquettes et à les accrocher aux vêtements pour rendre vraiment réelle cette fausse collection. Et oui, quand on fait une blague, on la fait à fond !

Le piège était au point, il nous restait encore quelques détails à régler ! Il nous fallait un responsable Recherche et Développement. Quelqu’un qui puisse garder son sérieux en toutes circonstances. Et ça, c’est un talent qui n’est pas donné à tout le monde. Très vite, nous avons pensé à Nicolas de la data. Notre showman de la réunion mensuelle. L’idée le faisait marrer, c’est parti, il était engagé !

Puis, nous voulions profiter de ce moment pour faire un clin d’oeil au Family Lab. « Valentin ?? Tu peux appeler quelques clients et leur donner RDV dans notre magasin de Promenade de Flandre stp ? ». Ni une ni 2, quelques clients répondaient déjà présent.

Et là, et bien, il ne nous restait plus qu’à embarquer toutes nos petites affaires. Direction Promenade de Flandre ! De 14 à 18h, les victimes ont défilé.

Par moment, nous nous en sommes voulus de les mener en bateau. Très souvent, nous avions eu beaucoup de mal à garder notre sérieux. Mais toujours, nous avons été complètement sidérés par nos clients. Qui étaient tous plus adorables les uns que les autres. Chaque piégé a eu droit à un moment très éprouvant : la grande scène de Nicolas qui s’énerve. C’est toute la subtilité de cette blague. Dès qu’ils nous disaient que notre tee-shirt sentait le poisson pourri, nous faisions les étonnés. « Le poisson ?? » Et Nicolas enrichissait « Mais vous ne pouvez pas dire ça ! 2 ans que l’on travaille sur ce produit ! 2 ans ! 5 personnes ! Et le comité de validation est dans 2 jours ! Je ne peux pas leur montrer une vidéo dans laquelle on me dit que ça sent le poisson ! On a parcouru toutes les plages de France pour capter les particules odorantes ! La première fois, on m’a dit que ça sentait le produit pour les toilettes. Et maintenant, le poisson ???? ».

Et là, le couperet tombait pour chaque piégé : « On peut vous demander de la refaire s’il vous plaît ? Et vous nous dites que vous aimez ? Que ça sent bon ? Sinon, on va tous se faire virer ! Notre projet va tomber à l’eau. »

Merci à ces 12 clients incroyables qui ont tout donné pour faire semblant. Et pardon, pardon, pardon !! On vous ❤️

Merci pour votre commentaire !

Il est désormais en attente de modération par nos équipes.

À bientôt !
Vos commentaires


CLOSE